Un très bon début de saison pour David Guilbert

Dimanche 25 avril, à 9h, 2839 pigeons sont lâchés à Bellancourt, dans la catégorie “vieux”. Le femelle 144890/20 de David Guilbert rentre au pigeonnier à Hardinghen 1h01 plus tard et décroche le concours.

David et sa lauréate

David Guilbert est licencié à l’Hirondelle de Guînes depuis 2018. Les pigeons, David a baigné dedans tout petit. Son père n’est autre que le fils de Gérard Guilbert de Ferques, ce grand champion empreint de modestie que nous avions rencontré en juillet 2017. Gérard avait été As pigeon national en 2017.

David a le virus des pigeons et sa compagne qui l’aide à entretenir les pigeonniers et à sortir les pigeons, lorsqu’il travaille, le sait bien. “J’ai une petite centaine de pigeons, dont 34 mâles pour les longs concours et 8 femelles pour la vitesse et le demi fond. mais ce qui m’intéresse ce sont les concours de 500 à 700 km” explique David. Chez lui sur la terrasse trône un escabeau, un leurre pour éviter que ces pigeons ne viennent se jeter dans sa baie vitrée, trompés par le reflet dans les vitres.

Le colombier

Il les bichonne ces champions, leur apportant de l’huile d’ail et de la levure de bière avec un mélange de grains savamment préparé. “Je ne joue presque pas les jeunes car je juge qu’il faut deux ans pour se faire une idée de la valeur d’un pigeon” ajoute David. Bien qu’ayant abandonné la colombophilie un temps, David y est revenu, précisant que c’est pour lui une manière de déstresser, d’être bien. Il achète des pigeons en Belgique, lorsque la vie l’oblige à repartir vivre un temps chez ses parents. David se remet, alors, aux pigeons avec son père.

La femelle 144890/20 qui gagne à Bellancourt est issu de ces origines belges qu’il a acheté à l’époque et qu’il continue de faire reproduire. “Les parents de cette femelle ont des jeunes il y a trois jours. Son frère s’est bien classé dimanche dernier alors qu’il ne m’avait pas semblé bien deux jours avant. ce sont de très bons pigeons” conclut David.

Les parents sur petits jeunes de trois jours

Une beau souvenir, ce pigeon qui en mai 2018, lâché pour sa sortie quotidienne rentre 6 semaines plus tard chez lui et qui sera son meilleur pigeon en 2020. “ce jour là sur les 50 jeunes que j’ai lâchés 26 étaient manquants au pigeonnier et 13 ne rentreront pas”.

SD (clp)

Nous vous recommandons aussi