Le concours d’Alger, un mythe une légende (4/4)

Le vainqueur français, rentré le 19 juillet à 7 h 30, après 5 jours de vol et un périple de plus de 1500 km.

Le retour, le vainqueur :

Les  pigeons s’élancèrent vers le Nord en se divisant en deux pelotons. Le premier plus à gauche composé  d’environ 2000 pigeons survola Alger et pris franchement la direction du nord. Le second plus important traversa la baie d’Alger en direction du Nord Est.

Voici un extrait du télégramme adressé au secrétariat national. ” Lâcher 6 h vent nul. Excellent départ. Orientation merveilleuse. Conditions atmosphériques favorables. Vent très faible Nord Ouest, visibilité 20 km. Quelques nuages très élevés.”

Un grand nombre pigeons du peloton de droite craignant de survoler la mer sont revenus atterrir en Kabylie à l’Est d’Alger. D’autre prés de la frontière tunisienne. Des pigeons ont été signalés prés de la Sicile et même de la Grèce.  En fait les quelque 3000 pigeons du groupe de droite se sont égarés.

Les pigeons du premier peloton se sont trouvés confrontés à une perturbation magnétique venant de l’Ouest.  Un orage éclata sur Marseille le 14 à 23 heures. Une grande partie des pigeons fut poussée vers  le nord de la Sardaigne et la corse.  Ceux qui ont  poursuivis vers le nord durent affronter un vent fort de NO.

Sur les 5067 pigeons au départ de l’épreuve 94 furent constatés. 62 pigeons français et 32 pigeons belges. Le vainqueur français : Une femelle écaillée noire de 4 ans appartenant à M. Roussel Bertin de Vieux Berquin (nord). Constaté le 19 juillet à 7h30.

La plus rapide du concours avec 2 jours d’avance sur son second

Le vainqueur belge et premier au classement général : Une femelle écaillée bleue, tardive de 1923 appartenant à M. Wilputte de Forest, constatée le 16 juillet à 20h30. Le second pigeon belge sera constaté le 19 juillet à 10h42.

Cette femelle au palmarès extraordinaire à parcouru 1600 km dont

plus de 600 en mer en 62 h 30 min, devançant le second pigeon belge de 62 heures !

 

 

Philippe Crespin (fondateur du musée colombophile)

«© Musée Colombophile Crespin » www.constateur.com

Nous vous recommandons aussi